Cette transmission représente la dernière étape de la formation de formateurs, débutée en 2015 en Casamance. Une équipe locale effectue sa première prestation, afin de prendre le relais d’EGUEDI. Un nouveau défi pour tous !

Le grand jour

Un peu de tension et d’inquiétude règnent à Oussouye en ce lundi 23 juillet 2018… Guides formateurs, formatrices EGUEDI et partenaires se retrouvent pour lancer la première formation de guides réalisée par l’équipe locale.

Après avoir en 2017 planifié, préparé et organisé cette formation, c’est maintenant le moment pour Abdou, Lamine et Tamsir, rejoints par Aliou, d’intervenir en tant que formateurs.

Une formation adaptée

L’organisation retenue permet de faciliter le travail des guides formateurs et de les mettre en confiance pour cette première expérience :

  • recrutement des stagiaires par l’équipe
  • formation réduite à 11 jours
  • groupe limité à 12 stagiaires venant tous du département d’Oussouye
  • préparations et interventions réalisées en doublette par les guides formateurs, avec l’aide des 2 formatrices EGUEDI

Le programme est élaboré par les guides formateurs en fonction de leurs capacités, du contexte spécifique du Cap et du groupe de stagiaires retenus :

  • 2 modules principaux, techniques de guidages et connaissances du patrimoine
  • quelques séances sur la prévention des risques
  • une intervention de l’Inspectrice du tourisme sur la législation du métier de guide, et une de la Croix Rouge sur les premiers secours
  • une journée sur 3 consacrée au terrain

La logistique est prévue par le Conseil Départemental d’Oussouye, la Mairie de Djemberring, nos nouveaux partenaires, et l’Office de Tourisme :

  • la salle du Conseil
  • le campement ALJOWE pour l’hébergement et le repas des formateurs
  • un hébergement collectif de la Croix Rouge pour les stagiaires après quelques jours chez l’habitant, et repas au DIAMORAL
  • le bus de l’Office pour la sortie de terrain à Elinkine

Une formation dans la formation

Un double enjeu à tenir
Le challenge est ambitieux : faire réaliser une formation de guides grandeur nature, par des formateurs eux-mêmes encore en formation. Et avec le souci pour tous de réussir ces 2 formations !

Un pari qui entraîne un travail important pour l’équipe locale comme pour les formatrices EGUEDI, des heures de discussions et d’échanges, des débats engendrés par les différences culturelles. Beaucoup de fatigue, mais le pari est réussi !

Des stagiaires à satisfaire
C’est un groupe âgé de 22 à 41 ans, avec 2 jeunes femmes, d’expériences et de niveaux de formation variés, dont la moitié a suivi des études supérieures. Les 12 stagiaires sont exceptionnellement participatifs et réactifs, avec un très bon état esprit et une assiduité exceptionnelle : aucune absence, aucun retard !

C’est aussi un groupe reconnaissant : beaucoup de respect pour les formateurs locaux et de confiance envers « leurs ainés experts en guidage ».

Des formateurs à rendre autonome
La tâche est délicate pour Abdou, Aliou, Lamine et Tamsir : assurer des contenus de formation cohérents et animer le groupe de stagiaires, mais aussi analyser leurs pratiques afin de compléter leurs apprentissages de formateurs.

Une double casquette, donc une double implication, mais le résultat est là : EGUEDI laisse en Casamance un équipe autonome, qui pourra assurer des prochaines formations de guides.

Un bilan encourageant

Cette double formation a été réalisée grâce à une convention de partenariat signée le 13 mars 2018. Malgré des engagements non respectés, l’objectif général est atteint :

  • les guides formateurs ont réalisé leur première formation de guides
  • l’équipe a gagné sa légitimité et est reconnue localement auprès des différents acteurs du tourisme
  • l’équipe est autonome et prête à répondre à une demande de formation

Pour eux, ce sont 4 années d’investissement, de disponibilité, d’abnégation et de bénévolat, qui prouvent leur motivation et leur volonté de transmettre leurs compétences.
Quant à EGUEDI, cette première transmission va permettre, après analyses et réflexions, d’améliorer l’ensemble du dispositif afin de l’expérimenter sous d’autres latitudes.