Entre voisins, le bouche-à-oreilles fonctionne…
Guillaume ADELINE, directeur de l’agence Couleurs d’Afrique, nous contacte en 2009. Il a eu connaissance des actions d’EGUEDI au Niger et souhaite les développer au Burkina.
Les formations ne pouvant se poursuivre au Niger pour des raisons géopolitiques, EGUEDI démarre ce nouveau projet, qui ne verra le jour qu’au printemps 2012.

Un contexte propice

EGUEDI arrive dans un environnement favorable. En effet, le Ministère de la Culture et du Tourisme est en pleine restructuration du secteur touristique. Un de ses objectifs est d’encadrer la profession de guides, car ils sont trop nombreux à se déclarer guides sans l’être officiellement.
Il souhaite profiter de la présence d’EGUEDI pour former ses guides dans tout le pays et professionnaliser cette filière par l’obtention d’une carte officielle en fin de session.

Toutes les structures officielles du tourisme sont partie prenante du projet car les besoins sont importants. Le partenariat avec EGUEDI est proposé sur 3 ou 4 ans et doit couvrir les 4 régions du territoire ; les premières retenues sont Bobo Dioulasso et Ouagadougou.

Une organisation contraignante

EGUEDI doit s’adapter aux demandes des partenaires.

  • 2 formations à la suite : seulement 24 heures pour boucler une session et préparer la suivante, et un mois intense pour les formateurs
  • 2 semaines de formation au lieu des 3 préconisées par EGUEDI : une gageure de vouloir maintenir le programme complet dans un laps de temps aussi court
  • plus de 23 participants par groupe : manque d’espace dans la salle, temps de parole réduit pour les stagiaires, logistique difficile à gérer
  • formations en avril : chaleur suffocante, travaux pratiques sur le terrain souvent remis en cause

Des stagiaires en nombre mais de qualité

Hormis le surnombre, les partenaires ont constitué des groupes hétérogènes en adéquation avec nos critères :

  • des guides locaux et nationaux, mais aussi des chauffeurs guides, des directeurs d’agences burkinabé, maliennes voire européennes, jusqu’à des agents du Ministère et de l’Office National du Tourisme
  • âgés de 18 à 58 ans et provenant de l’ensemble des régions Ouest et Centre
  • de compétences diverses, avec une majorité de guides expérimentés
  • de plusieurs ethnies, facteur d’enrichissement qui peut aussi dérouter en cas de « parentés à plaisanterie » !

A l’aise à l’oral et coopératifs, ces groupes ont très vite adhéré aux méthodes actives d’EGUEDI. Nous aurions largement de quoi constituer une équipe de guides formateurs !

Un partenariat réussi

Les attestions d’EGUEDI utilisées comme monnaie d’échange en fin de stage n’entachent en rien le succès de ces formations, dû en grande partie à l’implication de tous les partenaires et particulièrement à :

  • Rosalie BALIMA, Directrice Générale du Tourisme, pour sa pugnacité à mener le projet à bon terme
  • son Directeur d’Etudes, Jules ITINI, pour avoir suivi toute la formation et l’avoir enrichie de ses idées petinentes
  • Luc SERE, Président de l’Association des guides de Bobo et Directeur de l’agence Hirondelles Voyages, pour sa générosité et sa disponibilité envers les stagiaires

Sans oublier Office National Burkinabé et Directeurs d’agences, pour leur participation au projet.
Et même Monsieur Baba HAMA, Ministre de la Culture et du Tourisme, présent pour la cérémonie de clôture.

Malheureusement les troubles politiques et militaires dans les pays voisins (Mali, Niger) contrarient la poursuite des formations dans le nord et l’est du Burkina.