Les années 2000 annoncent le retour d’un tourisme saharien au Niger, et les professionnels du tourisme ont besoin de former leurs guides.

Jacques CHATELET et Aghali ABDOU choisissent tout naturellement Agadez : lieu mythique du Sahara, capitale de l’Aïr, porte du Ténéré, territoire des Touaregs…

EGUEDI va ainsi réaliser deux formations de guides au pays des « hommes bleus »…

Du 29 août au 18 octobre 2005

Les stagiaires
40 guides devant l’Office de tourisme le premier jour, mais pas un sur notre liste d’inscription ! 20 sont finalement sélectionnés et 14 suivront la formation complète, un beau challenge au vu de la durée de la formation en période de Ramadan.
Il sont mandatés et sous la responsabilité d’une agence de voyages. Touaregs, Toubous, Haoussas, ils proviennent de différentes régions, et sont âgés de 19 à 52 ans. Le Nord Niger est bien représenté !

Les formateurs
4 formateurs partent pour assurer la première formation EGUEDI et « essuient les plâtres« . 2 sont rapatriés après 3 semaines, les 2 autres iront au bout avec opiniâtreté, soutenus et encouragés par Aghali, Warta et Bouzou.
Malgré la chaleur et les conditions difficiles, quelle joie de vivre auprès des stagiaires, et quelle richesse de partager au quotidien pendant 2 mois leur vie, leurs difficultés et leurs réalités.

Les partenaires
Pilotés par Aghali, tous les acteurs du tourisme s’engagent et 10 contrats de partenariat sont signés.
L’Office de Tourisme et l’Ecole ABZIN prêtent les locaux, Maurice MAUVAIS sa maison. Les agences prennent en charge la randonnée chamelière. Les Enfants de l’Aïr acheminent du matériel de France. La librairie de l’Aïr offre des fournitures.
La communication est relayée par Aïr Info et Radio Nomade.

Le programme
Sous l’impulsion de la Présidente, Michèle LASSIA, et avec l’aide des organismes professionnels AFPA Vénissieux et NIGETECH, une poignée de bénévoles travaille pendant 4 mois pour construire les premiers modules de formation.
Les choix d’EGUEDI : 4 domaines de formation, des méthodes actives sous forme de jeux de rôles, une semaine de randonnée chamelière  permettant aux guides de tester leurs compétences professionnelles.

La logistique
Les cours en journées continues ont lieu à l’Office de tourisme, en salle mais plus souvent dans la cour sous l’acacia… et à l’Ecole ABZIN chez le Sultan de l’Aïr, au milieu des biches et des oiseaux !
L’équipe de formateurs apprécient les services d’ALKHASSOUM, taximan toujours à l’heure, et de DOUDOU, cuisinier émérite. Mais elle se frotte aussi aux réalités locales : aller chercher du petit bois pour le feu du matin, affronter moustiques, chaleur et pluies, vivre à la bougie…

Cette première formation reçoit un accueil favorable de la part des organismes et agences locales de tourisme, et le bilan des stagiaires est positif.
C’est aussi un encouragement pour EGUEDI, qui doit cependant améliorer certains points : éviter les périodes de Ramadan, réduire la durée de la formation, alléger le programme et l’adapter aux conditions climatiques.

Du 31 juillet au 28 août 2006

Les conditions s’améliorent !
Une nouvelle maison, grande et aérée, sur la colline… Une formation réduite à 4 semaines…
Des formateurs plus nombreux : 6 formateurs EGUEDI et un guide formateur nigérien.
Des nouveaux partenaires, dont le Centre d’Information Touristique.

Intégration d’un guide formateur nigérien
Mohamed ABRE, dit BOUZOU, stagiaire en 2004, intègre l’équipe des formateurs EGUEDI.
C’est un guide expérimenté, qui habite Agadez.
Sa motivation et ses compétences sont une richesse dans la co animation des modules, aussi bien pour les formateurs EGUEDI que pour les stagiaires.

Les stagiaires
Ils sont 16 (dont 2 de l’année précédente), et aussi curieux et enthousiastes que ceux de la session 2005.
Ils suivent assidûment les cours, apprécient le nouveau module « Français et prise de parole devant un groupe » et mettent leurs connaissances en pratique lors de 2 sorties terrain.

Bilan
Enthousiasme des stagiaires, motivation des formateurs, adhésion de tous les acteurs du tourisme… Le bilan est encourageant et démontre l’intérêt de former des guides dans cette région.

Poursuite du projet
Malheureusement, à quelques mois d’effectuer une troisième formation en 2007, l’insécurité régnant au Nord Niger nous contraint à ajourner nos actions dans cette région.

Témoignages